Médée/Fukushima

Quelques jours plus tard, plus de cent mille individus ont pris le chemin de l’exode sans signes manifestes du danger qu’ils fuyaient…

L’accident nucléaire de Fukushima pose de manière décisive la question de la mise en récit d’un phénomène invisible, intraçable et durable. Le récit tragique peut-il éclairer une catastrophe latente et rendre compte de ce qui se joue en deçà de ce que nous sentons? La terreur sourde qu’engendre la radioactivité permet-elle de renouveler la lecture de Médée, prêtresse du  Soleil et magicienne, force primitive et non maîtrisable par essence ? Le parcours qui mène de la crainte instinctive, presque animale, à une pièce de théâtre constitue un des matériaux narratifs de ce road movie atomique et spectraculaire.
Entre pulsions archaïques et cartésianisme dévastateur, c’est le spectacle de notre rapport aux forces invisibles qui se dessine ici. Un voyage engagé aux confins de l’humain dans ce qu’il a de plus insensé et magnifique, dans ce qui le définit avant tout : la catastrophe.

A lire

la presse