Au matin

Ce spectacle a comme point de départ une phrase tirée du poème Mauvais sang de Rimbaud: « Au matin j’avais le regard si perdu et la contenance si morte que ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu. » Qui au lendemain d’une prise de conscience ou d’un choc violent n’a jamais ressenti ce sentiment d’irréalité ?

Au matin est l’histoire d’une reconstruction, d’un combat pour combler puis transcender cette sensation de vide. Comment trouver en nous-mêmes et comment arracher à notre quotidien matière à provoquer des événements qui feraient résonner la phrase de Rimbaud de manière positive, qui transformeraient celle-ci en un formidable espoir ?

Fabrice Gorgerat construit, dans une écriture scénique où fusionnent éléments théâtraux, chorégraphiques et musicaux, un univers habité par des personnages se débattant pour soutirer à leur vie une aventure ambiguë et poétique leur redonnant sens.

Est-ce que quand je te tiens la main dans la rue et que je pense au corps d’une autre fille, ta main est encore vraiment une main ? Est-ce qu’à ce moment-là on peut encore appeler ta main une main ? Est-ce qu’on s’est déjà vraiment posé la question de savoir si à ce moment-là ta main est une main ?

A lire:

le texte
la presse